Présentation de Annelise Théodoloz

la-voix-instrument-divin.png

Annelise Théodoloz, est une cantatrice suisse née à Sion (Valais), en 1964
qui a fait une carrière internationale reconnue.
Elle est aussi professeur de chant post gradué qui
a formé de nombreuses voix
et Docteur ès Sciences Métaphysiques, Msc D.

25676-11.jpg

(c) Copyright : Annelise Théodoloz par Patrick Swirc

Artiste lyrique (soprano dramatique, mezzo dramatique, contralto)
Professeur post gradué et
Dr ès Sciences Métaphysiques, Msc D
Chant sacré, Opéra, Récital
 
POUR UNE LECTURE DE CV RAPIDE,
cliquez sur le(s) lien(s) suivant(s) :
 
 
CV Annelise Théodoloz en bref - version à consulter
cv-annelise-theodoloz-150114.pdf cv-annelise-theodoloz-150114.pdf - (CV en bref, version imprimable)
 
 
POUR UNE LECTURE DE CV DETAILLEE
sous forme de présentation, avec revue de presse,
LIRE LE DEVELOPPEMENT CI-DESSOUS
 
MERCI DE PARTAGER CES INSTANTS
 

la-voix-instrument-divin.pngBiographie

>>> Les chiffres renvoient aux notes et références : coupures de presse, lieux et dates des concerts

Formation

Dès son plus jeune âge, Annelise Théodoloz se partage entre sa vie musicale où elle intègre aussi bien les rangs des Choeurs et Orchestres de sa ville natale, pour y tenir autant les parties solistes vocales que les pupitres de premiers violons (sous les directions du Compositeur Jean Daetwyler ou du violoniste Tibor Varga et sa vie d'études en fréquentant l'Ecole supérieure de Commerce de Sion (Diplôme, 1985), et ensuite l'Université Lumière Lyon 2, Faculté des lettres, sciences du langage et arts LESCA (D.A.E.U. A, mention bien, musicologie, langue, littérature, 2003 - qui confère les mêmes droits que ceux qui s'attachent au succès du baccalauréat, selon arrêté ministériel du 3 août 1994). Des critiques musicaux, tels que Didier Godel, relèvent déjà "sa présence remarquable, intense et passionnée" 1.

Lors de son Certificat de Chant, à dix-sept ans (1982), mention très bien, où elle chante "la Cavatine de Rosine" de Rossini, elle est remarquée par le Chef de Choeur et Compositeur l'Abbé Pierre Kaelin, pour l'étendue particulière de l'ambitus de son registre, son programme comportant autant des airs de soprano, de mezzo-soprano que de contralto; elle en ressort avec son premier engagement de soliste, extra muros, à l'Aula de l'Université de Fribourg dans la "Passion selon St-Jean" de Haendel aux côtés de Michel Brodard 2.

Annelise aura toujours à coeur de dispenser ce qu'elle appris, ressenti, découvert, aux jeunes cantatrices et chanteurs en devenir. C'est ainsi qu'en parallèle de sa carrière lyrique, elle prodiguera sa connaissance lyrique dans le cadre de son professorat de Chant, depuis 1986 (au Conservatoire cantonal de Musique de Sion, où elle exerce encore à ce jour ainsi qu'à la Société Suisse de Pédagogie Musicale, sections Valais, Genève, Vaud).

Puis, captivée par ce qu'il y a "au-delà" de la voix, elle entreprendra un cursus complet, gradué et post gradué à l'Institut Int'l de Métaphysique Appliquée, où après travaux de recherches et soutenances de Thèses, elle obtient un Magistère ès Sciences Métaphysiques, Msc M , suivit d'un Doctorat ès Sciences Métaphysiques, Msc D (2012) qui l'amènent à proposer une vision différente de l'approche du son, par "l'Union de la Voix et de la Métaphysique, en un tout Ultime".

Ses débuts

Elle est connue pour sa précocité qui la mène très vite à intégrer les classes de diplôme (Diplôme de chant, accompagné de deux prix, 1986) classe Catherine Martin Gay Balmaz et de virtuosité dès 1987; elle y reçoit les précieux conseils de Renée Auphan, Hugues Cuénod, Ruben Liefschitz, Ewald Körner, Eric Tappy. Puis elle se voit offrir une place à l'Ecole Supérieure de Musique et d'Art Dramatique de la Guildhall School of Music and Drama du Barbican de Londres (affiliée à la "City University"), et est retenue parmi les 14 candidats sélectionnés sur cent-trente-huit. Elle y obtiendra son "Certificate of advanced studies postgraduate" signé de la Cité de Londres "Domine dirige nos" (1989).

Malgré la bourse offerte pour fréquenter les deux ans de l'Ecole Supérieure de Musique et d'Art Dramatique de l'Opera School de la Guildhall School of Music de Londres *, son choix se portera sur l'École supérieure d'Opéra de Genève où elle vient également d'être admise et dont elle recevra son titre professionnel d'Opéra (1990). Après un cursus complet d'opéra, elle participe à la représentation "Des Noces de Figaro" au Théâtre de Rolle dont elle tiendra le rôle de "Cherubino" 3, dir. Gabriel Bacquier. Puis elle incarnera "Aloès" de Chabrier, à l'Opéra de Fribourg, avec l'Orchestre de Chambre de Genève, Dir. Laurent Gendre; et sera qualifiée "d'étoile qui rayonne dans un rôle taillé sur mesure""par son timbre chaud, sa voix ample et qui domine incontestablement" 45.

* dont sont issus, notamment, Kiri Te Kanawa, Anne Sophie Von Otter, et Bryn Terfel avec qui Annelise a chanté des extraits de rôle dans "l'Incoronazione di Poppea" de Monteverdi ainsi qu'avec Ruby Philogene.

la-voix-instrument-divin.pngCarrière

Par l'étendue extraordinaire de sa voix, par "son timbre riche et chaleureux, la pureté de son phrasé et de son coloris vocal, ses accents d'une spiritualité profonde, sa technique et sa musicalité reconnues, qui font d'elle une artiste exceptionnelle", elle oeuvre aussi bien dans les domaines du chant sacré, que du récital ou de l'opéra 6. C'est ainsi qu'elle se retrouvera propulsée dans une carrière internationale, à l'âge de vingt-et-un ans, avec un engagement au pied-levé, pour tenir les parties mezzo-soprano et contralto de la "Petite Messe Solennelle de Rossini" avec le Chœur de la Fondation Calouste-Gulbenkian (Lisbonne) au Festival de Sintra qui sera le début d'une collaboration riche et abondante, "pour ce talent exceptionnel à la voix sublime, au timbre riche et séduisant", avec le chef de choeur et d'orchestre Michel Corboz 7.

Continuons de laisser la presse vous parler de cette artiste. On "retrouve fréquemment le nom de Annelise Théodoloz associé aux grandes pages du répertoire sacré" 8, sous les directions expertes des Chefs d'Orchestres et de Choeurs : Jesús López Cobos 9; Helmuth Rilling 10, Bernard Tétu "dont la remarquable Annelise Théodoloz a laissé pantois le public vendéen" 11, suscité une très longue standing ovation dès la fin de son solo de l'Agnus Dei de la Petite Messe solennelle de Rossini, à la Salle Molière de Lyon, 12; de Zsolt Nagy 13; Janos Czifra 14; Pascal Mayer, "une voix impressionnante de force et de caractère", "troublante poignante, envoûte par la sincérité de ses accents", 15 mais encore bien d'autres chefs émérites : Alexis Chalier, Laurent Gay, Didier Godel, Hervé Klopfenstein, Theo Gafner, Edouard Garo...

L'on peut entendre cette "voix d'un style et d'une couleur vocale fort belle", "d'une sensibilité sans fard", dans des Festivals internationaux reconnus : en Suisse (Festival Michel Corboz) 16; en France (Festival de la Chaise-Dieu), qui se sont "inclinés devant sa qualité expressive et son coloris vocal" et où "elle s'est taillée de beaux et légitimes succès" 17, et dans des salles prestigieuses en Suisse : (Victoria Hall de Genève) "Annelise, excellente soliste sachant brillamment s'imposer, suivant sa bonne étoile nous a offert sa talentueuse participation avec de grands moments de plénitude et de sérénité; sa voix chaleureuse nous a touché et nous a élèvé" 18, au (Théâtre de Beaulieu) 19, à la (Cathédrale de Sion) 20, au (Temple du Bas) à Neuchâtel, dans la Messe en do de Beethoven et le Te Deum de Reichel, aux côtés de Audrey Michael 21, en Autriche, la création "avec beaucoup d'intuition et de justesse dans l'interprétation" d'une oeuvre du compositeur Gion Antoni Derungs, depuis les balcons du (Dôme de Salzburg) 22, au Japon, avec les éloges d'Antoine Livio qui la qualifiera de "révélation", et "dotée d'une personnalité accusée et d'une voix superbe" sur les ondes d'Espace 2, après la tournée aux (Symphony Hall) de Osaka, du (Suntory Hall) de Tokyo 23, à l'Auditorium de Haifa, au Théâtre de Jerusalem en Israël 24, et avec des Ensembles vocaux et instrumentaux reconnus : l'Orchestre de la Suisse romande 25, avec l'Orchestre de chambre de Lausanne, "avec la talentueuse participation de Annelise Théodoloz" 26, le "Quatuor Sine Nomine" "la cantatrice possède un timbre d'un grain rare et précieux" 27; "l'Ensemble baroque A Corte Musicale" 28, avec l'Orchestre Philharmonique de Vidin, Bulgarie 29, l'Orchestre national des Pays de la Loire "Nous avons admiré le ton exact de la supplique que la mezzo a su trouver dans l'Agnus Dei final de la Messe en si de Bach. La voix est dépouillée de l'effet; le secret d'une émission de sons aussi purs, aussi éclatants que ceux des bois, ordonnés par un phrasé authentique", "Annelise Théodoloz, une mezzo aux accents d'une magnifique spiritualité, fut la grande voix de cette soirée" 30, aux Pays-Bas avec les “Amsterdam Bach Soloists" 31

Elle commença très tôt à se produire en récital, ces instants musicaux qu'elle intitulera bientôt "Les Couleurs d'une Voix", dans lesquels on peut l'entendre, dans tout son ambitus et où elle aime faire côtoyer les héroïnes soprano dramatiques et lirico spinto du grand répertoire verdien, bellinien, de Boïto ("Donna Leonora", La Forza del Destino ; "Lady Macbeth", Macbeth ; "Cio-Cio San", Madama Butterfly ; "Margherita", Mefistofele) aux airs de bravoure de mezzo-soprano et contralto dramatiques ("Carmen", Carmen; "Azucena", Il trovatore; "Dalila", Samson et Dalila ; "Tancredi", Tancredi) auxquels s'ajoutent une riche palette d'arie, songs, lieder, mélodies très variés, le tout en une même soirée; la journaliste Véronique Ribordy la qualifiera de : "grande dame de la musique" 32.

En 1994, Catherine Schoendorff, imprésario, entend Annelise Théodoloz dans le "Qui tollis" de la messe en ut M. de Beethoven et lui propose un contrat d'exclusivité à l'issue du concert 33; sa carrière prend un nouvel essort. L'Ambassade Suisse l'appelle pour représenter son pays natal à l'Opéra national de Hongrie à Budapest, direction János Kovács, dans le cadre des "Galas d'Opéra" de l'Orchestre National de Hongrie (Magyar Allami Operahaz) 34 de Budapest; elle recueillera une "standing ovation" de l'orchestre in corpore, dès la première répétition avec l'Orchestre de l'Opéra National de Hongrie, Dir. János Kovács. Puis c'est au tour de Opéra de Nancy et Lorraine en 1998, de l'engager pour interpréter Bradamante dans "Alcina de Haendel", aux côtés des cantatrices Yvonne Kenny (Alcina) et Christine Brandes (Morgana) avec l'Orchestre Symphonique et Lyrique de Nancy (Dir. Hervé Niquet35; elle reçoit une page complète d'éloges par la journaliste Ariane Alter qui dit en substance "Tous ces qualificatifs élogieux n'ont rien de surfait. La réalité de ce talent réside, comme le disent unanimement les experts du milieu musical, dans l'immense travail de cette grande professionnelle qui ne laisse rien au hasard, par sa technique remarquable, la grande variété des couleurs de son registre très large" 36. Puis on l'appelle pour incarner Ursule dans "Béatrice et Bénédict de Berlioz", sous la direction de Jean-Yves Ossonce à l'Opéra national de Lorraine, Nancy, à l'Opéra de Tours et au Théâtre de Caen, dans le célèbre trio d'Hector Berlioz, avec Béatrice Uria Monzon (Béatrice) et Danielle Streiff (Héro) 37. À l'issue des représentations de Berlioz, Antoine Livio dira : "Annelise Théodoloz a de la classe sur scène" 38. 

la-voix-instrument-divin.pngEvénements spéciaux

  • Mars, Mai 2016 : A été demandée pour faire partie du Jury dans le cadre du Concours Suisse de la Musique pour la Jeunesse " Stiftung Schweizer. Jugendmusikwettbewerb (Entrada, Lausanne et Final, Rheinau)  

Annelise Théodoloz a dû décliner la proposition faute de disponibilités

  • Expert aux examens professionnels de Chant, juin 2013 (à nouveau demandée en 2014)

Annelise Théodoloz a été appelée par M. Jean-François Antonioli, Directeur de l'Institut de Ribaupierre (IdR), Ecole Supérieure de Musique, pour siéger en tant qu'expert dans le cadre d'attribution de Diplômes Professionnels d'Enseignement de Chant, Lausanne, Suisse, juin 2013. Le panel du jury était également constitué de Mme Brigitte Balleys, Cantatrice, Professeur à l'HeMU Lausanne et de Mme Ioana Bentoiu, Cantatrice, Professeur en classe professionnelle à l'IdR; de M. J.-Fr. Antonioli, Président de la Fondation, Pianiste, Chef d'Orchestre, Professeur de piano à la HeMU Lausanne et M. Alexis Chalier, Membre de la Fondation de l'IdR, Professeur, Chef d'Orchestre

> Appréciation de M. Jean-François Antonioli, pianiste, chef d'orchestre, professeur de piano et responsable du département de piano auprès de l'EMU Vaud Valais Fribourg, directeur de l'Institut de Ribaupierre, Ecole Supérieure de Musique, "certifie avoir hautement apprécié les expertises de Mme Annelise Théodoloz, Professeure de chant, dans le cadre des sessions d'examens de la section professionnelle de l'Institut de Ribaupierre, où elle était invitée avec Mme Brigitte Balleys."

"Par ses commentaires étayés, Mme Théodoloz atteste d'une remarquable capacité d'analye, en finesse, de la spécificité de chaque candidat, forte d'une connaissance des problèmes artistiques et vocaux, incluant des aspects autant physiologiques que pédagogiques ou psychologiques." Certificat d'appréciation sur demande

  • Entre 2004 et 2013 Annelise Théodoloz a continué à chanter mais en cercles privés et de façon entièrement bénévole, ce qui lui a permis de se livrer à des travaux de recherches qui se sont soldés par un Doctorat en Métaphysique (Dr ès Sciences Métaphysiques, Msc D). A ce jour elle conjugue voix, musique et métaphysique.             

 

selon documents de la Médiathèque Valais, Valaisannes et Valaisans d'hier et d'aujourd'hui : la longue marche vers l'égalité sous la Dir. de Marie-France Vouilloz Burnier et Barbara Guntern Anthamatten, Edition Monographique, 2003, Bureau de l'égalité entre hommes et femmes

  • Elaboration et constitution d'un fond de partitions musicales, de 1978 à nos jours :
  • Appelée par la Responsable de la Collection musicale de la Médiathèque se Sion pour dresser une liste d'oeuvres choisies :

Annelise a élaboré et constitué un vaste fond de partitions musicales originales de chant, d'origines très diverses, au Conservatoire de Sion avant l'existence de la Médiatèque.

Puis, en 2003-04, elle a été sollicitée par la Responsable de la collection musicale de la Médiathèque de Sion, Mme Annie Thiessoz-Reynard, pour dresser un « listing » en vue de la constitution d'un choix vocal étayé.

  • Instigatrice. Organisatrice de Spectacles, Opéras, Comédies Musicales. Arrangement musical. Direction musicale et artistique, entre 1997 et 2003 :

- Le Nozze di Figaro, Mozart (avec sa classe de chant);
- Notre-Dame de Paris réorchestré (avec sa classe de chant)

Pour ces deux productions à fait appel à Mme Anne Salamin pour la Direction théâtrale (avec sa classe de théâtre)

  • Aide à différentes Directions "en sourdine", non nommée officiellement dans le domaine du chant
  • Expert bénévole aux examens de langage musicale, Sion, entre 1995 et 2003

Plusieurs Directeurs musicaux ont fait appel à Annelise Théodoloz, pour les assister dans l'élaboration de programmes vocaux ou fait appel à cette cantatrice comme expert de langage musical ou pour assister les Directions dans des décisions vocales, i. e. lors de mise au concours...

  • Secrétaire musicale intérimaire bénévole, SSPM-Vs, lors de la démissio de sa Titulaire, entre 1994 et 1996, Sion
  • Professeur de Chant remplaçante, classes professionnelles et pré-professionnelles, Genève, 1990-91

Annelise a oeuvré comme Professeur de Chant remplaçante, classe de Mme Buloze, niveaux professionnels et pré-professionnels, Genève, 1990-91

  • Professeur remplaçant, cours de Musique, écoles primaires du Sacré-Coeur, Sion, entre 1986 et 1988
  • Enseignement collectif comme Professeur de Solfège / Langage Musical à des élèves intégrés (possédant différents handicaps), Conservatoire de Sion, entre 1986 et 1998
  • Conduite de pose de voix et préparation vocale coaching, de 1978 à nos jours :
- à la Fédération des Sociétés de Chant du Valais
- dans nombres de choeurs valaisans
- sur demande de cantatrices et chanteurs professionnels, pré-professionnels
  • Enregistrement didactique, Ecoles suisses alémaniques, enregistré à Sion, 1980-81 :

Enregistrement de la partie de chant solo. Chants populaires en langue française à l'usage de toutes les écoles primaires de Suisse Alémaniques pour apprendre le français. Prestation offerte

la-voix-instrument-divin.pngDiscographie

CDs

Oratorio

  • MOZART, Wolfgang Amadeus Mozart :

Requiem en ré m. (KV 626), dir. Alexis Chalier - live Compesières 1996 (PRELUDE)

Solistes : Marie-Claire AlainHiroko Kawamichi Luyet - Annelise Théodoloz - Richard Williams - Stephan Imboden

  • SAINT-SAËNS Camille :
  • Messe op. 4, dir. Michel Corboz - 04/1988 Cathédrale de Lausanne (ERATO)
  • Messe op. 4, dir. Michel Corboz - 04/1988 Cathédrale de Lausanne (WARNER CLASSICS)

Opéra - Mélodies, Songs, Lieder, Arie

  • "LYRIC PREASURE" 39 :

BERLIOZ "Villanelle", op. 7 n° 1 / SCHUBERT "Gretchen am Spinnrade", op. 2 / ELGAR "Sea slumber Song" (Sea Pictures), MOZART "Ah, scostati", Dorabella (Cosi fan tutte) / ROSSINI "Nacqui all'affanno", Cenerentola (Cenerentola) - 03/05.04.98 Studio 1, DRS Zürich (ARTON, Tonstudio Basel)

  • "CLASS ON STAGE" 40 :

BOÏTO, Arrigo "L'altra Notte", Margherita (Mefistofele) / VERDI, Giuseppe "Una Macchia", Lady Macbeth (Macbeth) / BERLIOZ, Hector "Je vais mourir", Didon (Les Troyens) - Avril 2001 Studio DRS Zürich (ARTON, Tonstudio Basel)

Prises de son "live"

Nombres de concerts, représentations d'opéras ont été radiodiffusés en direct par : i. e. Espace 2 41; France 5 42; CBS Radio-Canada 43

la-voix-instrument-divin.pngDistinctions

  • Finaliste du concours international d'oratorio et de Lied du Centre Lyrique de Clermont-Ferrand, France, 1997 44
  • Young promissing Leader "International Fondation for Leadership and Creativity", Suisse 45
  • Finaliste du concours international Walter Gruner de Londres, Angleterre, 1989 46

la-voix-instrument-divin.pngRecommandations en faveur de Annelise Théodoloz

  • Recommandation de Mme Danielle Streiff, Artiste Lyrique :

 daniellestreiff.pdf daniellestreiff.pdf
 
  • Recommandation de Mme Catherine Schoendorff, Imprésario :

 catherineschoendorff-1.pdf catherineschoendorff.pdf
 
  • Recommandation de M. Michel Barras, anc. Directeur Conservatoire et Chef d'Orchestre :

 michelbarras.pdf michelbarras.pdf

  • Recommandation de M. Jean-Louis Dos Ghali, Expert de Solfège :
 
  • Recommandation de Mme Cyndia Vergère, élève de ma classe de chant au Conservatoire de Sion :
 
  • Recommandation de Mme Virginie Gay Bourban, anc. élève :
 

la-voix-instrument-divin.pngNotes et Références

  1. Le Temps, 10/11/12.04.93, signé Didier Godel.
  2. Le Matin, 26 septembre 1983, signé Aimé Corbaz.
  3. La Côte, du 8 novembre 1989, p.13.
  4. Le Nouvelliste, 05.02.99, signé Ariane Manfrino : Une "étoile" valaisanne : "La soprano Annelise Théodoloz rayonne dans l'opéra de Chabrier. Après le succès remporté à l'Opéra de Nancy dans l'"Alcina" de Haendel, Annelise Théodoloz, renouve avec la scène. On la retrouve avec plaisir dans un rôle taillé à sa mesure, Aloès, dans l'"Etoile" du compositeur Emmanuel Chabrier. La finesse musicale de Chabrier éclate de mille feux. Quant à notre chanteuse valaisanne, cédons la plume à la critique musicale pour la cerner de plus près. La revue française "Diapason" l'a remarquée à Nancy et n'a pas craint de parler d'elle "comme d'une mezzo très prometteuse". Pour la "Liberté" de Fribourg 04.01.99, p. 11, l'éloge est remarquable. "Dans les rôles féminins, s'exclame le journaliste Antonin Scherrer, c'est incontestablement Aloès de la mezzo-soprano Annelise Théodoloz qui tire le mieux son épingle du jeu. Timbre chaud, voix ample, elle domine les tirades de Célia Cornu Zozor et surtout de Sophie Marilley, qui peine à donner au héros Lazuli le charme qu'on lui souhaiterait". On ne peut que louer l'objectivité de l'auteur de ces lignes"
  5. "Aloès" de l'Etoile de Chabrier, Opéra de Fribourg, Dir. Laurent Gendre, Orchestre de Chambre de Genève et Choeurs de l'Opéra de Fribourg, à l'Aula de l'Université de Fribourg (31.12.98, 1ère, 02/08/13/15/17.01.99), au Podium de Düdingen (23.01.99), au "Théâtre de Beausobre de Morges" (07.02.99), au Théâtre de Vevey (13.02.99)
  6. (Festival de l'Orgue ancien et de Musique ancienne) : XXVIIIe International de l'Orgue ancien et de Musique ancienne, Sion, Basilique de Valère, 26.07.97 : Récital voix et orgue : Nouvelliste, 24.07.97, p. 12, signé c/wy : "Pierre Alain-Clerc, récitaliste international, accompagnera la soliste valaisanne. Un grand moment musical, le nom d'Annelise Théodoloz étant fréquemment associé aux grandes pages du répertoire sacré. Son timbre riche et chaleureux, la pureté de son phrasé et de son coloris vocal, ses accents d'une spiritualité profonde en font une artiste exceptionnelle."; Nouvelliste, 02.08.97, signé N. W : "Annelise Théodoloz, mezzo-soprano de concert, de renommée international. Formule séduisante, le duo Annelise Théodoloz et Pierre-Alain Clerc nous l'a démontré d'une manière éclatante. ... Le public enthousiasmé se mit à applaudir à tout rombre à l'issue du concert, rappelant les deux solistes pour nous présenter un magnifique bis. Vraiment, ce concert fut de tout grande musique.
  7. Sous la direction de Michel Corboz, à la Collégiale de Neuchâtel, dans la cantate "Hör, mein Bitten, Herr" de Mendelssohn aux côté de Efrat Ben-Nun, le journaliste J.-Ph. B. relèvera sa voix sublime au timbre riche et séduisant et son exceptionnel talent", L'Express, 18.04.93
  8. Nouvelliste, 24.07.97, p. 12, signé c/wy : il dira de Annelise Théodoloz : "Un grand moment musical, le nom d'Annelise Théodoloz étant fréquemment associé aux grandes pages du répertoire sacré. Son timbre riche et chaleureux, la pureté de son phrasé et de son coloris vocal, ses accents d'une spiritualité profonde en font une artiste exceptionnelle"; St-Pierre-au-Liens, 10.02.91, Mozart "Grande Messe en ut min. de Mozart", dir. Michel Corpataux, Choeur Da Camera : La Liberté, Fribourg, 12.02.91, signé Bernard Sansonnens : "Les quatre solistes sont de haut niveau. Annelise crée la surprise, son "Laudamus te" est d'une tenue vocale exceptionnelle aussi bien dans l'expression que le timbre d'une grande richesse de coloris.
  9. Festival de Musique Sacrée, Fribourg, Eglise St-Michel, 05.07.96  : diffusé en direct sur Espace 2 : La Liberté, 08.07.96, signé Bernard Sansonnens : Les interprètes, Audrey Michael, Annelise Théodoloz et Frieder Lang, trois excellents solistes, sont en total accord avec les arcanes de l'admirable langage classique de Haydn, auquel s'ajoute Michel Brodard, formant un quatuor soulevant sans cesse l'émotion".
  10. ”Jubiläums-Bach-Wochenende 50 : Internationale Bachakademie Stuttgart : Gedächtniskirche, 07.01.96. Sélectionnée par Helmuth Rilling et Klesie Kelly pour chanter en direct les airs mezzo de la Messe en si de Bach BWv 232, en direct sur les ondes.
  11. La Roche-sur-Yon, Le Manège, "La Saison des 20 ans", 05.11.00 : Ouest France, 07.11.00, La Roche sur Yon, signé Chantal Huon : "la remarquable Annelise Théodoloz qui a laissé le public pantois avec l'Agnus Dei" (Petite Messe solenelle, Rossini)
  12.  Ce même "Agnus Dei" où elle recevra une très longue standing ovation dès la fin de son solo, à la Salle Molière de Lyon le (06.03.99), sous la Direction de Bernard Tétu, avec les Solistes de Lyon, Petite Messe solennelle de Rossini à la Salle Molière de Lyon.
  13. Genève, Festival Archipel, Alhambra, "Les Noces" de Stravinsky en russe, le 06.03.96, programme, p. 9 : prise de son "live", diffusion sur Espace 2, le 07.04.96.
  14. Dir. Janos Czifra & Mario Schwarz, directions, le 07.07.98, avec le Domchor Salzburg et le Collegium Musicum St.Gallen - concert "au pied levé"; l'on connaît ses facultés de déchiffrage exceptionnelles et c'est ainsi qu'on fait très fréquemment appel à elle, également "au pied-levé", qu'elle a eu fait pour des partitions qu'elle n'avait jamais chantées, reçues le jour même et chantées en direct sur les ondes radiophoniques.
  15. Cernier, Les Jardins Musicaux, Petite Messe solennelle de Rossini, Dir. Pascal Mayer, 27.08.00 : “L'Express” Val-de-Travers, 29.08.00, p. 10, Cernier, rédacteur jpb "Annelise Théodoloz, une mezzo douée d'une voix impressionnante de force et de caractère"; Fribourg, Eglise St-Michel, 19 et 20.05.00, Mozart "Grande Messe en ut" : avec le Choeur de l'Université et des Jeunesse Musicale, Fribourg, ; "; Bex, Temple, 23.12.00, Rossini "Petite Messe solennelle", Choeur de Chambre de l'Université de Fribourg; La Presse, 28.12.00, signé Jean Cossetto : "Annelise Théodoloz, troublante, poignante, envoûte par la sincérité de ses accents, en particulier dans le véhément Agnus Dei" (Petite Messe solennelle, Rossini).
  16. 4e Festival Michel Corboz, Bach "Messe en si m." : La Liberté, 30.09.91, p. 17, signé Bernard Sansonnens : "Annelise Théodoloz, d'une sensibilité sans fard"; Fribourg : 2e Festival Michel Corboz : 28.09.89 : La Liberté, 30.09/01.10.89, p. 21 : "Annelise Théodoloz, mezzo, d'un style et d'une couleur vocale fort belle"
  17. XXIVe Festival, le 25.08.90]; XXIIIe Festival, les 15 et 16.08.89 : La Montagne, Clermond-Ferrand, 29.08.89, signé B. Planche : "Un moment exceptionnel. Avec cette Passion selon St-Matthieu la Chaise-Dieu a été à la hauteur de sa réputation. Un lien magique qui appelle à l'élévation de l'esprit et de l'âme. Tout était parfait, au niveau de l'orchestre, les choeurs, les solistes." : Loire Matin, Saint-Etienne, 28.08.89 , signé Nicole Michalon "On ne peut que s'incliner devant la qualité expressive et le coloris vocal de Bernarda Fink et Annelise Théodoloz, altos"; [L'Information dentaire], 14.09.89, "Bernarda Fink et Annelise Théodoloz, altos, se sont taillées de beaux et légitimes succès mais la distribution entière serait à donner en exemple tellement elle était homogène et sans faille".
  18. Victoria Hall, Requiem de Mozart, Collegium Academicum, Psalette de Genève, Dir. Laurent Gay, Mozart "Requiem", Solistes : Naoko Okada, Annelise Théodoloz, Frieder Lang, Stephan Imboden : Tribune de Genève, 15.06.92, p. 33, signé G. R . : Les solistes suivent leur bonne étoile. Complémentaires et homogènes, ils suscitent à eux seuls l'élévation"; ["Stabat Mater de Haydn", Dir. Laurent Gay, l'OSR, Ars Laeta de Lausanne, La Psalette de Genève, 20.03.91 : Journal de Genève, 21.03.91, p. 17, signé Didier Godel : "Aux artistes déjà appréciés, Naoko Okada, soprano, auxquels se joignaient les talentueuses participations d'Annelise Théodoloz, alto, Markus Schäfer, ténor et Stephan Imboden, basse".
  19. 24 heures, 06 & 07.02.93, p. 33, signée Arlette Roberti : Théâtre de Beaulieu, 05.02.93, Lausanne, avec le Choeur J.-S. Bach & l'OCL, Dir. Andras Farkas ""La Messe en ut" reste le point fort, avec d'excellents solistes"
  20. "Nous avons été spécialement touché par la voix chaleureuse d'Annelise Théodoloz qui nous a offert de grands moments de plénitude et de sérénité" : "Cathédrale de Sion" : "Printemps Musical Valaisan", avec l'Ensemble Vocal de Lyon, Dir. Patrick Crispini : 18.04.97 : Nouvelliste, 29.04.97, p. 18, Cathédrale de Sion, signé Suzanne Bonzon, Morges : "Le quatuor vocal nous a offert de grands moments de plénitude et de sérénité. J'ai spécialement été touchée par la voix chaleureuse d'Annelise Théodoloz"
  21. Neuchâtel, Temple du Bas, Société Chorale de Neuchâtel et Orchestre de la Ville et de l'Université de Fribourg, Dir. Gilbert Bezençon, 16.11.97 : Beethoven "Messe en do" & Reichel "Te Deum", Solistes : Audrey Michael, Annelise Théodoloz, Ruben Amoretti, Rudolf Rosen : Société Chorale de Neuchâtel et Orchestre de la Ville et de l'Université de Fribourg : L'Express, 19.11.97, journaliste Alain Corbellari : "aux côtés de la Grande Audrey Michael, Annelise Théodoloz, mezzo puissante sachant brillamment s'imposer"
  22.  Aux "Freunde der Salzburger Dommusik, Salzburg" : avec le Salzburger Domchor et le Collegium Musicum, St.Gallen : 29.09.96; création pour voix soliste, hautbois et orchestre à cordes sous la direction de Mario Schwarz et Kathedrale St.Gallen, 14.09.96 : Appenzeller Zeitung, 16.09.96 : "Eingebettet in die Uraufführungen waren fünf geistische Lieder (Tschun Canzns religiusas) des Bündners Gion Antoni Derungs, auf romanisch gesungen von der Altistin Annelise Théodoloz. In ihrer Schlichtheit erwiesen sich die mit viel Gespür für die richtige Gestaltung dargebotenen Gesänge als eine Trouvaille" (traduction : "Beaucoup d'intuition dans la réalisation de l'interprétation juste des lieder qui se révéla une trouvaille")
  23. Bach : "Passion selon St-Matthieu" et "Messe en si", les 01/04/05/07.02.89, aux (Aichy Bunk a Khodo) de Nagoya, (Symphony Hall) de Osaka, "Suntory Hall" de Tokyo, "Cathédrale" de Tokyo, avec les "Amsterdam Bach Soloists", l'EVL, Dir. Michel Corboz” : 24 heures, les 11 et 12.02.89 : " La Conquète du Japon en chantant, par le chroniqueur Antoine Livio; Nouvelliste, 26.05.89, signé Ariane Alter; À l'issue de la tournée au Japon, le chroniqueur Antoine Livio la qualifiera de "révélation de la distribution" (archives musicales Espace 2, Carnets de Notes)
  24. 24ème Saison 89/90 de l'Israël Chamber Orchestra, Shlomo Mintz : Bach : Messe luthérienne en fa M, Magnificat, Dir. Michel Corboz : "Jerusalem Theatre", 10.02.90; "Tel Aviv Museum", 11 et 12.02.90; à (l'Haifa Auditorium), 13.02.90; au (Noga Theatre), Jaffa", 14 & 15.02.90
  25. Genève, Victoria Hall : 08.06.95 : avec le Chant Sacré / l'OSR, Dir. Didier Godel : Semaines classiques, p. 3, 06.95
  26. "Stabat Mater de Haydn", Dir. Laurent Gay, l'OSR, Ars Laeta de Lausanne, La Psalette de Genève, Journal de Genève, 21.03.91, p. 17, signé Didier Godel.
  27. Bulle, Maîtrise de St-Pierre-aux-Liens, Dir. Pascal Mayer, 21.11.99 : La Liberté, 23.11.99, signé Thierry Dagon : "la cantatrice possède un timbre d'un grain rare et précieux.
  28. Lausanne, Cathédrale : 20.05.99, Dir. Jean-Christophe Aubert, avec le Choeur Universitaire de Lausanne : Semaines classiques, p. 12, mai 99.
  29. Delémont, Eglise St-Marcel, Dir. Michel Dumonthay : le 23.04.99 ; Moutier ; Collégiale St-Germain, le 24.04.99 ; Porrentruy, Eglise St-Pierre, 25.04.99 : avec l'Ensemble Vocal Kneusslin de Delémont : Le Quotidien Jurassien, 26.04.99, Delémont, écrit par Emmanuel Kummer : Le Quotidien Jurassien, p. 4 - Jura - écrit par P.C.H.
  30. Angers, Orchestre Philhamonique des Pays de Loire : Ouest-France, Angers, 01.06.90; Ouest-France, Nantes, 01.06.90, signé J.-L. Q.
  31. Pays-Bas, Beurs van Berlage, Wang Zaal, Amsterdam, 08.01.89 : Bach Messe en si, Solistes : Christa Goetze, Bernarda Fink, Annelise Théodoloz, Hans-Peter Graf, Stephan Imboden.
  32. Récitals à Sion 09/10/11.04.99 avec Silveria Alter, pianiste ; Récitals à Sion 15/17/19.09.00 avec Fabienne Théodoloz, pianiste ; Le Temps, du 19 septembre 2000 ; Le Souffleur n° 19, de juin 2000, p. 12 ; Le Nouvelliste, du 15.09.2000, p. 21, signé Véronique Ribordy : "Trois soirées exceptionnelles. Annelise Théodoloz, grande dame de la musique, est souvent à l'étranger, en France, et bientôt en Angleterre et aux Etats-Unis où sa voix ronde et puissante, son intensité dramatique, connaissent un succès grandissant
  33. Théâtre de Beaulieu, Lausanne, avec le Choeur J.-S. Bach & l'OCL, Dir. Andras Farkas : Le Temps anc. Journal de Genève et Gazette de Lausanne, 05.02.93, p. 27, signé Marie-Laure Chabloz : "Lorsque le chef Andras Farkas choisit, pour la Messe en up, op. 86, de Beethoven, d'associer à ces deux voix (Naoko Okaka et Hans-Peter Graf), celles de Annelise Théodoloz, alto, excellente soliste (superbe dans l'introduction du Qui Tollis), et Stephan Imboden, basse, il réussit un grand coup : ces chanteurs forment un quatuor très homogène"
  34. Comme représentante de la Suisse à l'Opéra d'État hongrois (Opéra National de Hongrie à Budapest, lors du 2ème Gala d'Opéra, le 12.05.96 : Plaquette signée par les Ambassadeurs et programme du Magyar Allami Operahaz, p. 19
  35. Le Républicain lorrain du 29 octobre et du 12 novembre 1998; La Tribune, p. 39, signé Olivier Olgan : "La réussite tient aussi de la cohésion de la troupe : des chanteuses aggerries notamment la splendide Sophie Pondjiclis (Ruggiero), les fougueuses Hélène Le Corre (Oberto) et Annelise Théodoloz (Bradamande) aux voix masculines Grégory Reinhart (Mélisso), Simon Edwards (Oronte) et dans le rôle de l'héroïne, l'émouvante Yvonne Kenny; Le Républicain lorrain, 12.11.98 : "Ce sont bien les femmes qui dominent avec le solide Bradamante de l'Alto Annelise Théodoloz et l'Oberto vif d'Hélène Le Corre"
  36. Le Nouvelliste, 20.11.98”, p. 33 "Une Valaisanne qui réussit", par Ariane Alter : "Vous connaissez son talent et ses potentialités. Elle, Annelise Théodoloz, Sédunoise, cantatrice et professeur de chant émérite, elle impose une présence scénique remarquable, mais surtout vous réalisez combien sa voix est unique, amble, merveilleuse. Fascinante artiste, le mot n'est pas trop fort pour qualifier ce talent. Les cantatrices internationales chez qui Annelise parfait son art, Mmes Lucia Valentini Terrani, Frederica von Stade, Christa Ludwig sont unanimes aussi. Le timbre de cette artiste est particulier. Annelise Théodoloz possède toutes les qualités que l'on attend. Elle possède un timbre plein, une ligne musicale sûre, s'élevant avec élégance dans l'aigu. Ses phrasés sont poétiques, dramatiques et empreints de sensibilité. Tous ces qualificatifs élogieux n'ont rien de surfait, il parait bon de saisir la réalité de ce talent. Il réside dans un immense travail. A ses nombreux titres et se paiera le luxe de décrocher des prix et des bourses. Les connaisseurs du milieu musical disent d'elle : "Elle ne laisse rien au hasard. Elle est parvenue à acquérir une technique remarquable. Elle sait parfaitement utiliser les harmoniques, l'espace. Quant à sa voix, elle change de couleur selon les oeuvres. C'est étonnant. Son registre est très large, similaire à Martine Dupuis. Une grande chance pour le Conservatoire de Sion (où Annelise poursuit son engagement comme professeur de chant), pour l'Institution que de compter en ses murs une cantatrice se profilant sur des scènes renommés. L'Opéra de Nancy compte sur l'apport de cette grande professionnelle".
  37. L'Est républicain du 12 février 2000, p. 54, journaliste Didier Hemardinquer : "Au premier acte, l'amour s'exprime à travers les roucoulades d'Héro, portées par la voix pleine de Danielle Streiff qui chante un superbe duo avec sa dame de compagnie, Ursule (Annelise Théodoloz); Diapason, avril 2000, p. 26, signé Michel Parouty : "La voix de Béatrice Uria Monson semble aujourd'hui plus pleine et plus libre. Et pour Danielle Streiff, très charmante Héro, dont on se rappelle le duo avec sa suivante, Ursule (Annelise Théodoloz, au timbre généreux)"; Revue Opera International, avril 2000, p. 47 - Christian Wasselin : "C'est dans le trio du second acte que ce bouquet de voix, Béatrice Uria Monzon (Béatrice), Danielle Streiff (Héro) et Annelise Théodoloz (Ursule), atteint le plus bel équilibre
  38. Dans Carnets de Notes, sur les Ondes d'Espaces 2, archives RSR.
  39. Au piano, Fabienne Théodoloz, concertiste (Licence de concert Eduardo Vercelli; 1er Prix de Virtuosité de l'Ecole Normale de Paris
  40. Au piano, Christophe Durrant, assistant de Maître Kent Nagano, Théâtre du Châtelet, Paris
  41. "Aloès" dans l'Etoile" de Chabrier, Opéra de Fribourg, Dir. Laurent Gendre, diffusé en direct sur Espace 2 le 31.12.98 à 19:00; Nouvelliste, 03.04.99, signé Pierre Fournier : Enregistrement public : "Bientôt on ne présentera plus Annelise Théodoloz, violoniste d'excellent niveau,,, et qui s'est "convertie" à l'opéra. Mezzo-soprano à la tessiture veloutée, elle a attiré sur ses talents l'attention des meilleurs connaisseurs. Elle s'est produite en soliste dans de nombreux festivals internationaux avec d'excellents orchestres (OSR et OCL, l'Orchestre national de Lyon, l'Amsterdamse Bach Solisten, l'Israël Chamber Orchestra. On l'a vue sur scène à Budapest, dans "Cosi fan tutte", plus récemment à Nancy dans "Alcina". Il a choisi, pour réaliser un disque, une accompagnatrice de grand talent, la jeune accompagnatrice Silveria Alter. Les personnes qui seront à l'enregistrement de leur disque, assisteront aussi à cette magique alchimie : le mariage du talent et du charme"; Abbatiale de Romainmôtier, le 14.11.93 concert au "pied-levé", Dir. Michel Jordan, dans le cadres des "Heures Musicales" d'Espace 2; La Région Nord vaudois, 18.11.93, p. 23, signé Liliane Tuscher.
  42. Lors des représentations de "Alcina" de Haendel et de "Béatrice et Bénédict" de Berlioz aux Opéras de Nancy et Lorraine, Grand Théâtre de Caen et Opéra de Tour
  43. Prise de son directe par CBC Radio-Canada du CD enregistré à l'Orpheum Theatre de Vancouver, Canada : à l"Exposition Universelle 1987 de Vancouver, avec l'Orchestre symphonique de Vancouver
  44. Lettre de félicitations de Bernard Plantey, Président du Concours avec proposition de tournée de concerts en France.
  45. 1995 : "5ème Symposium de l'International Fondation for Creativity and Leadership, Zermatt" (actuellement Creando), Dir. Prof Gottlieb Gunter & de Greta Guntern-Gallati : La Tribune de Genève, du 17.01.95, p. 41 - signé P. Z.
  46. Spécialement et chaleureusement félicitée par Benjamin Luxon, membre du jury.

Date de dernière mise à jour : 12/02/2016